• Toujours aussi bien documenté, Rudi Barnet poursuit sa série de mementos sur la Palestine. Avec encore le même objectif : « Fournir un « aide-mémoire » à celles et ceux qui, comme moi, sont opposés à toute forme d'embrigadement et qui placent l'être humain au-dessus de toute religion et idéologie ! » Après s'être penché sur la question du nettoyage ethnique, Rudi poursuit son travail et soumet Israël au test d’apartheid. La « seule démocratie du Moyen-Orient » rentre-t-elle dans les critères ? (IGA)

     

     
    A peine des hommes, je vous dis !
     
    Quand, en 1982, Menahem Begin[i] prononça ces fortes paroles à la Knesset, ses collègues députés applaudirent chaleureusement la clairvoyance de son jugement.
    Il n'était pas, loin de là, le premier à afficher ainsi son mépris pour les êtres humains originaires du pays conquis.
    Il y avait déjà une bonne cinquantaine d'années que les leaders sionistes considéraient les Palestiniens comme des sous-hommes :
     
    Chaim Weizmann[ii], premier président d'Israël, n'avait pas hésité, par exemple, à déclarer "Les Britanniques nous ont dit qu'il y a là quelques centaines de milliers de nègres et qu'ils n'ont aucune valeur"[iii]
    Yizhak Shamir[iv], premier ministre, proclamait également sa haute considération de l'être humain : "Les Palestiniens seront écrasés comme des sauterelles… leurs têtes éclatées contre les rochers et les murs."[v]
    De son côté, Ehud Barak prévenait déjà, il y a plus de dix ans, la population israélienne que "Les Palestiniens sont comme les crocodiles, plus vous leur donnez de viande, plus ils en veulent"(Jerusalem Post du 30/8/2000)[vi]
    Le grand rabbin Yossef Ovadia y va aussi de son exhortation (12/4/2001) : "Puisse le Nom Divin répandre le châtiment sur les têtes arabes, et faire égarer leur semence et les annihiler !Il est interdit d'avoir pitié d'eux !
    Nous devons leur lancer des missiles avec joie et les exterminer. Ils sont malfaisants et damnés !"
    Un autre rabbin, Yitzhak Ginsburg, affirme que "Le sang juif et le sang des goys (non-juifs) ne sont pas les mêmes," et que "tuer n’est pas un crime si les victimes ne sont pas juives." [vii]
    ... Sans oublier Avigdor Lieberman[viii], ministre des Affaires étrangères, qui proposait, en 2009, d’appliquer à Gaza "Ce que les Etats-Unis ont fait au Japon à la fin de la seconde guerre mondiale."... Autrement dit, d’y envoyer une bombe atomique.
    Quant à Eli Yishai, ministre de l’intérieur du gouvernement actuel, qui mène une véritable chasse aux émigrés africains, il déclare en juin 2012 : "J'utiliserai tous les moyens pour expulser les étrangers car Israël appartient à l’homme blanc ! " [ix]
    Ce discours sur la pureté de la race ne vous rappelle rien ?
     
    Il serait illusoire de croire que cette xénophobie se limite à quelques leaders politiques ou religieux fanatiques.
    Comme en témoigne un sondage publié en octobre 2012 par le quotidien israélien "Haaretz", c'est à tous les étages de l'Etat que le mal s'est installé.[x]
     
    T-shirt de l'unité de snipers du bataillon Shaked de la Brigade Golani
     
    42 % refusent d’habiter dans le même immeuble que des arabes israéliens et ne veulent pas que leurs enfants
    aillent à l’école avec des enfants d’origine arabe.
    33% voudraient que l’Etat instaure une loi interdisant aux citoyens arabes de voter aux élections législatives
    69 % sont opposés à l’idée du droit de vote pour les Palestiniens si Israël annexe la Cisjordanie.
    74 % sont favorables à des routes séparées pour Israéliens et Palestiniens en Cisjordanie
    58 % sont conscients du régime d’apartheid en vigueur à l’encontre des Arabes, mais l’approuvent.[xi]
     
    ... Rien d'étonnant quand on sait que, dès la petite enfance, le système éducatif israélien tend à favoriser la ségrégation et à convaincre le citoyen qu'il appartient à un "peuple élu", victime permanente de l'antisémitisme, mais protégé par "l'armée la plus morale du monde".[xii]
     
    Militarisation de l'Education...
     
    "Les manuels scolaires israéliens correspondent à toutes les catégories du discours raciste, à la fois verbal et visuel"
    Accusation antisémite ?
    Non, c'est l'avis de Nurit Peled-Elhanan, professeure israélienne spécialisée dans l’éducation à l’Université hébraïque de Jérusalem.[xiii]
    Dans son dernier ouvrage "La Palestine dans les manuels scolaires israéliens : Idéologie et Propagande dans l’Education"[xiv]elle précise que la quasi-totalité des sujets contenus dans les programmes israéliens d'enseignement sont imprégnés d'un nationalisme exacerbé.
     

    Dessin utilisé au jardin d'enfants pour apprendre à compter ![xv]
     
    Exemples de règles à suivre dans un nouveau guide pour la préparation aux examens en éducation civique dans les université israéliennes : les filles israéliennes doivent rester à l’écart des Palestiniens, parce que "les jeunes arabes constituent une menace pour la vie des jeunes filles" et que "les relations entre les jeunes hommes arabes et les jeunes femmes juives représentent une menace pour la majorité juive dans le pays"
    Un nouveau programme, "Derekh Erekh" (Chemin des Valeurs) va être mis en pratique en 2012 afin d'inculquer le sens du devoir et de l'allégeance à lʼEtat. Il vise, en priorité, à renforcer les liens entre les écoles israéliennes et lʼarmée.
    "Les enseignants sont des appelés tout au long de leur vie !" a déclaré le ministre de lʼEducation, Gideon Saar, en présentant ce programme.
     
    Formation militaire d'enfants dans une colonie
     
    Pour tenter d'amenuiser la mauvaise image qu'engendre cette politique pédagogique, les officines occidentales de propagande publient journellement des articles scandalisés sur la militarisation des jeunes Palestiniens.
     
    Quelle est la réalité ?
    Faute d'argent, l'UNRWA (ONU) a renoncé en 2012 à l'organisation des camps de vacances pour les jeunes de Gaza. Le Hamas a tenté de suppléer à cette défaillance et a mis sur pied des camps qui offrent une occupation à une minorité d'enfants et d'adolescents.
    Ces camps ont indéniablement certains aspects militaristes (exercices de type commando, notamment) et la formation politique à la résistance contre Israël y est présente au travers de slogans comme "Une main tient un stylo et l’autre un fusil" ou "Une main étudie et l’autre lutte contre Israël".[xvi]
    Même limitée à quelques camps de Gaza, cette initiative est sans aucun doute attristante... Mais elle est sans commune mesure avec l'ampleur de la politique militariste de l'Etat d'Israël, générale et bien plus dangereuse : les armes ne sont pas en plastic dans les formations des petits israéliens... et les balles sont bien réelles.
     
     

    votre commentaire
  • d'un coté nous avons les psychotropes naturels illégaux aux effets  médicaux ,connus et reconnus depuis des millénaires,et de l'autre nous avons ça...

    excellent doc trouvé ici :http://www.alterinfo.net/ 

     


    votre commentaire
  •  


    votre commentaire
  •  

     Journal de la santé de Octobre 2012.
    Entretien avec Sylvie Simon et Claire Severac pour Kontre Kulture 


    votre commentaire
  •  

    Stop aux conflits d'intérêt
    dans les instances
    officielles de santé

    Madame, Monsieur,

    Des millions de Français avalent tous les jours, sans le savoir, des médicaments inutiles, dangereux, et parfois pas plus efficaces qu'un placebo (une pilule de sucre).

    Ces médicaments ont été autoriséspar les experts de l'Agence française des médicaments (AFSSAPS), ils sont remboursés par la Sécurité sociale. Ils coûtent des milliards chaque année à notre assurance maladie, et ils causent des milliers d'accidents et des centaines de morts.

    Cette situation ne peut plus durer.

    C'est pourquoi notre association lance une grande pétition nationale pour une Opération Mains-Propres dans les instances officielles de santé : plus aucun expert qui autorise les médicaments ne doit avoir de lien financier avec l'industrie pharmaceutique, et je compte sur vous pour signer cette pétition et la faire circuler partout autour de vous.

    Car la situation en France n’a jamais été aussi alarmante :

    - Sur 40 présidents, vice-présidents et autres dirigeant de commissions de l'AFSSAPS, l'Agence française des Médicaments, 31 ont des contrats personnels de« consultance » avec l'industrie, pour des montants allant de 5 000 à 600 000 euros !!

    - Sur 30 membres de la commission d'autorisation des médicaments (AMM) de l'AFSSAPS, 26 ont des contrats personnels avec l'industrie ;

    - Tous les membres des commissions de l'ANRS (Agence nationale de recherche sur le sida) sont sous de multiples contrats avec les firmes qui produisent les médicaments qu'ils doivent évaluer.
    Il y a donc des conflits d'intérêt, des histoires d'argent, peut-être même de la corruption, à tous les étages de notre principale instance de santé.

    Et c'est pareil au niveau Européen : au plus haut niveau, les conflits d'intérêts gangrènent le système des autorisations de mise sur le marchédes médicaments.

    Il ne faut pas s'étonner qu'il y ait tant de médicaments dangereux, et inefficaces, qui arrivent dans nos pharmacies, dans nos hôpitaux... puis qui risquent de nous être administrés par nos médecins, en toute bonne foi :


    • Eric Abadie, président de la commission de vigilance de l’Agence européenne du médicament de 2007 à 2011, a été directeur des affaires médicales du syndicat des industries pharmaceutiques, avant d’occuper également des postes à l’Afssaps. En aucun cas il ne peut être considéré comme un expert indépendant, qui n'évalue les médicaments que selon sa conscience.
       
    • Son prédécesseur, Jean-Michel Alexandre, qui a présidé la commission de vigilance de l’EMA de 1995 à 2000 et qui travaillait également à l’Agence française des médicaments (AFSSAPS), est devenu consultant pour l’industrie pharmaceutique, notamment pour les laboratoires Servier, et il pourrait avoir joué un rôle décisif dans l'autorisation du Médiator, avec la catastrophe sanitaire que l'on connait.
       
    • Thomas Lönngren, directeur exécutif de l’Agence Européenne du Médicament (EMA) de 2001 à 2010, a monté, parallèlement, son propre cabinet de conseil à l’industrie pharmaceutique. Et ça marche fort : neuf entreprises pharmaceutiques sur dix passeraient par ce cabinet,« Pharma Executive Consulting Ltd », pour obtenir l’approbation réglementaire pour leurs produits !
    Ce n'est donc pas votre intérêt, ni la sécurité des malades qui sont les seuls critères pour l'approbation des médicaments.

    Les considérations financières, et l'intérêt économique des grandes industries pharmaceutiques, jouent un rôle majeur dans ce que le système de santé vous fait avaler.

    Cette situation ne peut plus durer :

    Plus aucun expert qui autorise la mise sur le marché et le remboursement de médicaments chimiques potentiellement dangereux, ne doit avoir de conflit d'intérêt avec l'industrie.

    C'est pourquoi je vous demande de signer d'urgence la pétition ci-dessous, pour une Opération Mains-Propres contre les conflits d'intérêt dans les organismes de santé publique.

    Cliquez ici pour signer la pétition.

    Nous pouvons avoir un effet massif, grâce au réseau européen de près d'un million de citoyens qu'a tissé l'Institut pour la Protection de la Santé Naturelle (IPSN).

    Mais il n'est pas nécessaire d'être sensible aux bienfaits de la santé naturelle, comme l'est l'IPSN, pour signer cette pétition, qui concerne tout le monde :

    Imaginez que les lois sur le tabac soient votées par des experts payés par les fabricants de cigarettes. Que ce soit eux qui décident, non seulement d'autoriser partout la cigarette, mais également de rembourser les fumeurs avec l'argent public !

    Une telle corruption ne pourrait pas durer. Le Parlement voterait immédiatement une loi pour l'interdire.

    Mais pour les médicaments, cela dure depuis un demi-siècle, et rien ne change :

    Ce sont ces experts qui ont autorisé le Médiator(1300 morts), le Vioxx (35 000 morts au niveau mondial), l'antidiabétiqueActos qui peut provoquer hépatites et cancers de la vessie, les pilules contraceptives de 3e et 4e générations qui sont aussi efficaces que les pilules de 2e génération mais qui provoquent trois à quatre fois plus de phlébites et d’embolies pulmonaires, les antitabacs Champix et Zybanqui sont en réalité des antidépresseurs avec les mêmes risques d’hallucinations et de suicide, et tant d'autres médicaments toxiques.

    Tous ces médicaments sont avalés par des milliers de personnes qui ne se doutent de rien, parce qu'elles font confiance aux autorités !!

    Et soyez bien persuadé que, si vous et moi ne nous mobilisons pas, rien ne changera :

    Deux éminents professeurs de médecine, le Professeur Bernard Debré, et le Professeur Even, ont encore dénoncé ce scandale dans leur nouveau livre sur les 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux, qui est paru à la rentrée.

    Mais malgré l'agitation médiatique, aucune initiative n'a été prise par les pouvoirs publics.

    Il manquait la pression populaire.

    C'est pourquoi je vous demande de solliciter tout votre entourage pour rassembler des centaines de milliers de signatures pour une Opération Mains-Propres dans le secteur pharmaceutique. Vous, vos parents, vos enfants, nos amis et collègues, nous sommes TOUS concernés.

    Et ensemble, nous pouvons obtenir le vote d'une nouvelle loi pour interdire aux experts des agences officielles d'être en lien financier personnel avec l'industrie pharmaceutique.

    Car non seulement un grand nombre de ces médicaments nous détruisent la santé, mais ils coûtent si cher qu'ils sont en train de mettre tout notre système de santé en faillite :

    L'influence de l'industrie pharmaceutique est telle en France, que nous dépensons pour nos médicaments jusqu'à 70 % de plus que nos voisins (Angleterre, Italie, Allemagne...).

    Les Français sont parmi les plus gros consommateurs du monde de médicaments : 50 boîtes par personne et par an, en moyenne.

    Notre santé en est-elle meilleure ?

    Pas du tout : nous sommes autant, sinon plus malades que nos voisins, et notre espérance de vie n'augmente plus depuis plusieurs années.

    Au contraire, d'inquiétantes restrictions de soin pour vous, moi, et tous nos concitoyens vont très bientôt devoir être prises, si vous et moi n'agissons pas aujourd'hui.

    Les Professeurs Debré et Even estiment que chaque année,« 15 milliards d'euros sont jetés par les fenêtres ». Il concernent des médicaments qui sont inutiles, mais aussi dangereux.

    La Cour des comptes a annoncé dans un rapport publié le 13 septembre 2012 que le déficit de la Sécurité sociale est de 14,7 milliards d’euros dont 6,8 milliards d’euros pour la seule branche maladie. Et cela est largement dû à notre folle surconsommation de médicaments.

    Beaucoup de personnes ne réalisent pas que, si la Sécurité Sociale fait faillite, notre système de santé s'effondrera. Les malades des hôpitaux seront renvoyés chez eux. Les personnes qui ont besoin de soins seront abandonnées à elles-mêmes.

    Mais l'hécatombe a en fait déjà commencé, sous nos yeux :

    - selon les études scientifiques, 200 000 Européens sont tués chaque année par les effets secondaires des médicaments, dont le coût est évalué à 79 milliards d'euros.

    - rien qu'en France, 144 000 patients sont hospitaliséschaque année en raison des médicaments prescrits, selon l’AFSSAPS.
    Tout cela parce qu'on n'aura pas eu le courage de prendre à temps des mesures contre la corruption dans le système de santé.

    Ces mesures sont simples, et nos voisins nous ont, là aussi, devancés :


    • Aux Etats-Unis, le Président Obama a réussi à faire passer le Sunshine Act en 2011, pour lutter contre la corruption de l’administration par l’industrie pharmaceutique.
       
    • Au Royaume Uni, le Parlement a adopté le Bribery Act, littéralement la loi sur la corruption.
    En France, une loi a été voté sur le sujet le 29 décembre 2011. On a parlé de Sunshine Act à la Française.

    Mais le temps que le nouveau gouvernement se mette en place, l'industrie pharmaceutique a eu le temps de réagir. Et cette loi prometteuse a été vidée de son sens par un nouveau décret d'application du 15 septembre 2012.

    Le Dr Philippe Foucras résume les négociations qui ont eu lieu : « Pour ma part le plus choquant a été d’être le témoin de l’attitude de fonctionnaires de la République française, soumis et écrivant quasi sous la dictée de l’industrie pharmaceutique les lois de la République. »

    L'association Europe et Médicaments ajoute :« Un "permis de corrompre" au quotidien, voilà tout ce qui resterait du "Sunshine Act" à la française, (...) vidé de son sens par un projet de décret en préparation au ministère de la Santé. »

    Et c'est la réalité : en France, à chaque scandale, le gouvernement a pris des demi-mesures, très vites vidées de leur sens sous les pressions de l’industrie pharmaceutique.

    C’est un bouleversement du système qu’il faut aujourd’hui : une opération Mains-Propresdans les instances de santé officielles.

    Nous pouvons l'obtenir si nous sommes assez nombreux à signer cette pétition, mais votre voix est indispensable, ainsi que votre mobilisation pour transmettre ce message autour de vous.

    Enfin, au risque, de vous choquer si vous aviez l'intention de simplement détruire ou fermer ce message sans rien faire, pensez bien au service que vous rendez à l'industrie pharmaceutique en restant passif.

    Je compte sur vous pour ne PAS choisir de contribuer au silence, et pour signer maintenant vous aussi notre grande pétition.

    Pour signer la pétition pour une opération Mains-Propres, cliquez ici
    .

    Un grand merci,

    Augustin de Livois
    Président

    PS : Il s'agit d'une question élémentaire de protection de la population en danger. Si vous ne le faites pas pour vous, faites-le pour les enfants malades, les personnes de votre entourage, vos parents peut-être, qui prennent sans s'en douter des médicaments potentiellement toxiques. C'est toute une révolution qui doit avoir lieu.

     
     
     
    Institut pour la Protection de la Santé Naturelle
    Association sans but lucratif
    253A Chaussée de Wavre
    1050 BRUXELLES
    www.ipsn.eu

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique