• Uruguay : l’État, vendeur de cannabis

     

    Le Frente Amplio (coalition au pouvoir) vient de présenter un projet de loi qui doit légaliser la vente de cannabis et permettre aux particuliers de cultiver pour leur usage personnel jusqu’à six plants de cannabis. Ce projet de loi comporte plus de trente articles. L’Etat, par le biais de l’Institut national du cannabis (INCA), devrait octroyer des autorisations spéciales à des particuliers et à des associations de cultivateurs pour leur permettre de produire eux-mêmes cette drogue. L’organisme se chargera également de la surveillance et de l’évaluation des plantations. Le cannabis sera cultivé sur des terrains privés dotés des conditions de sécurité nécessaires afin d’éviter les vols et assurer la bonne qualité de la drogue qui sera ensuite vendue. La loi n’empêchera cependant pas l’Etat de se lancer dans cette production s’il le souhaite.

    Une licence pour cultiver du cannabis

    Les particuliers devront payer une cotisation à l’Etat afin d’obtenir la licence les autorisant à produire cette plante. Mais seul l’Etat, par le biais de l’INCA, sera habilité à vendre la marijuana. Les particuliers pourront se procurer jusqu’à 40 g de marijuana par personne et par mois dans les dispensaires locaux de vente de cannabis, conçus sur le modèle californien.

    L’objectif est d’offrir au consommateur un échange personnalisé et de pouvoir l’informer des dangers de la drogue. Des consultations sur le sevrage seront également proposées. Les consommateurs auront accès à quatre sortes de cannabis différentes : le cannabis indica (à effet relaxant et aux propriétés pharmaceutiques), le cannabis sativa (aux effets énergisants et euphorisants) et deux autres sortes de cannabis réalisées à partir de mélanges. La drogue ne pourra être commercialisée que sous l’appellation cannabis, il n’y aura ni marques ni publicités incitant à sa consommation. Cette substance sera soumise aux mêmes restrictions que celles appliquées au tabac.

    Le projet autorise également le regroupement de cultivateurs, pour un usage personnel, c’est-à-dire que ceux-ci ne pourront pas revendre leurs récoltes à des tiers, et ce afin d’éviter un marché parallèle. Les associations de cultivateurs devront également demander une autorisation afin de pouvoir cultiver du cannabis, un permis délivré pour une quantité de plants bien précise, en fonction du nombre de personnes intégrant l’association. La culture à domicile sera autorisée (jusqu’à 6 plants de cannabis par personne) pour une récolte maximale de 480 g par an, ce qui revient à une consommation de 40 g par mois. 

    suite site source :http://www.bienpublic.com/actualite/2012/12/02/l-etat-vendeur-de-cannabis


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :