• Le cannabis en Thaïlande

    posted by on June 27th 2013
    Thai Stick

    Stick thaï, et sa cordelette rouge caractéristique (© toostonedtoplay.com)

    Le cannabis thaï est connu dans le monde entier – les « sticks » thaïs étant sans doute les plus connus de tous les produits d’export, ainsi nommés pour leur cordelette rouge caractéristique qui relie les têtes ensemble et a inspiré tant d’imitations. Dans les années 1970 et 1980, le cannabis thaï était un signe caractéristique commun pour tous les camés du monde, bien que les exportations aient décliné depuis.

    Droit et politique internationale

    En Thaïlande, le cannabis est interdit en vertu de la loi sur les stupéfiants de 1979, qui le classe comme un produit stupéfiant de catégorie 5. Les producteurs, exportateurs et importateurs sont passibles d’une peine d’emprisonnement allant de deux à quinze ans et/ou d’une amende de 200 000 à 1,5 million de bahts thaïlandais, tout comme les personnes qui sont en possession de plus de 10 kg avec l’intention d’en faire le commerce. Les personnes en possession et avec intention de vente de 10 kg ou moins sont passibles de peines de prison de deux à dix ans et/ou d’une amende de 40 000 à 200 000 bahts. La simple possession est passible d’une peine maximale de cinq années d’emprisonnement et/ou d’une amende allant jusqu’à 100 000 bahts.

    Police, prisons et pots-de-vin

    Les étrangers voyageant en Thaïlande sont invités à la plus grande prudence s’ils tentent de se procurer ou de consommer du cannabis, appelé localement « ganja ». Les forces de police sont notoirement corrompues, et les témoignages horribles de dissimulation de drogue, de pots-de-vin exorbitants et de peines de prison sévères abondent. La peine de mort est également relativement courante pour les délits graves en matière de drogues en Thaïlande, et de nombreux citoyens étrangers se sont vus condamnés à de telles peines, bien que bon nombre de ces sentences soient commuées en réclusion à perpétuité, voire même en extradition (habituellement après intervention des représentants légaux et diplomatiques de la personne condamnée).

    Toutefois, la peine de mort est réservée pour les produits stupéfiants de catégorie 1 comme l’héroïne, l’ecstasy, le Ya Ba et l’Ice (ces dernières étant deux formes de méthamphétamine extrêmement populaires localement). Par ailleurs, la culture du pot-de-vin qui prévaut en Thaïlande peut occasionnellement jouer en faveur des touristes qui sont interpellés en possession de cannabis ou de toute autre drogue illégale car, malgré l’injustice inhérente, un pot-de-vin peut représenter très peu dans la plupart des monnaies occidentales et est habituellement préférable, de loin, à toute négociation avec l’inflexible système judiciaire thaï.

    En cas d’arrestation pour possession de drogue, une amende de 5 000 bahts (environ 130 €) est perçue par un juge à l’issue d’une comparution, qui interviendra habituellement après plusieurs jours d’emprisonnement. Toutefois, à la discrétion du juge, une peine de prison peut être prononcée. Une caution (pouvant atteindre plus de 15 000 €) peut être déposée si les ressources de l’accusé le permettent. Pour les charges de possession, il n’est pas nécessaire d’être en possession physique de stupéfiants illégaux : si la police soupçonne une consommation de drogue, elle peut soumettre les personnes interpellées à un test de dépistage de drogue ; en cas de test positif, une charge de possession est prononcée.

    suite site source :http://sensiseeds.com/fr/blog/le-cannabis-en-thailande/


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :